GILES, Jérémie

Né à Cambridge, Massachusetts le 13 février 1927, d’un père anglophone et d’une mère acadienne. Il s’est adonné aux arts dès son très jeune âge. En effet, on retrouve en Californie du Sud, des œuvres peintes qui remontent à 1946-1947.

Il est considéré un artiste multidisciplinaire, passionné à la fois des sciences de la terre, de l’horticulture, de la musique et de l’histoire. Si entre les arts et les sciences son cœur balance, il est surtout reconnu comme « Poète des paysages vierges de la Côte-Nord ». Ainsi, dès 1951, il fréquente et explore ce vaste territoire jusqu’au long du Labrador et de la Baie-James. Cela, en s’imprégnant de la lumière nordique, se documentant de la formation géologique et se familiarisant avec la flore. Ses tableaux au nombre de plus de 5 500 sont répartis principalement au Canada, mais, aussi aux États-Unis. Jérémie Giles n’emprunte pas un style constant pour peindre le paysage. « Si parfois on ne me reconnaît pas d’un tableau à un autre, cela m’importe peu. Pourvu que moi, je puisse me reconnaître » dit-il.

Entre les années 2000 et 2005, il réalise l’audacieux projet pancanadien de « l’Art est un miroir ». Un portrait didactique de la peinture au Canada (voir l’Art est un miroir-Le Grand Rappel). En 1973, il développe le concept du « Parcellisme » en art visuel. Une façon rafraîchie d’apprécier la non‑figuration par rapport à la peinture dite figurative.

Ses œuvres sculpturales sont principalement des bronzes de personnages, allant de plain-pied à des bustes mi-épaules. Entre autres, il y a les œuvres suivantes: John A Macdonald et Georges-Étienne Cartier, grandeur nature, à l’Aéroport international d’Ottawa; Samuel de Champlain, Place du Portage Gatineau; Grand Chef algonquin Tessouat, bronze de 3 mètres de hauteur, inauguré au Musée canadien d’histoire à Gatineau, en novembre 2017.

De 1958 à 1974, il fut le concepteur, bâtisseur et animateur du Centre d’art Manicouagan. La deuxième boîte à chanson au Québec. Inauguré par le poète Gilles Vigneault, suivi de Claude Léveillée et les autres artistes de cette époque. En 1982 et 1996, il fut le concepteur et l’animateur de deux Centres d’interprétation des sciences de la terre. Lesquels furent l’objet d’éloges de la part de l’astrophysicien Hubert Reeves et du généticien Albert Jacquard.

Par un beau matin, à la pointe du précambrien

Acrylique, 24 x 36 po

Un trop-plein qui fait son chemin

Acrylique, 18 x 30 po



Contactez-nous

Pour toute question ou commentaire, veuillez nous faire parvenir votre message en complétant les champs ci-dessous.


Grand Salon des Arts 2018

Centre de Foires de Sherbrooke

1600 Boulevard du Plateau-Saint-Joseph
Sherbrooke, QC J1L 0C8

Directions


© 2019 Le Grand Salon des Arts. Tous droits réservés.